eorthodontie.com
Utilisateur
De passe

Comparatif des logiciels d'orthodontie

Publié par flaggada le 12-Oct-2007 14:51 (34039 lectures)

.

[summary]

 

Introduction


Avant de commencer, je dois préciser que ce test n'a aucun but commercial, et qu'il est un peu influencé par son auteur. Je me suis autorisé à juger les logiciels en fonction de leur ergonomie, c'est à dire en fonction de leur facilité d'utilisation dans un contexte ou le temps c'est des patients (d'abord) et donc de l'argent (ensuite). Le jugement dépend donc de mes connaissances informatiques, de ma notion de l'ergonomie, et du fait que je connais bien Orthokis et Ortholeader pour avoir travaillé respectivement 1 et 2 ans avec. Au départ je voulais tester des critères très objectifs comme chronométrer des temps de chargement (ce que j'ai fait d'ailleurs), mais juger un logiciel sur des écarts de quelques secondes est un peu restrictif, donc ce test est surtout basé sur le coté ergonomique et la prise en main. A savoir que j'utilise en ce moment Orthokis (déjà présent dans la structure) donc que je suis plus précis sur ce logiciel, voire plus intransigeant.


Les logiciels ont été testés sur des machines modestes (1 Go de RAM (mémoire vive)), avec une base de données conséquentes (ce qui à tendance à ralentir le fonctionnement) pour Orthokis et Ortholeader, (Ortholeader m'a été (re)présentée par un commercial car il n'existe pas de version de démonstration) ou une version de démonstration pour Orthalis. Je trouve la version démonstration d'Orthalis relativement instable, elle me permet d'aborder le fonctionnement du logiciel mais ne me permet pas de le juger fiablement. Ainsi donc c'est avec une version d'un représentant du logiciel que j'ai remplis mes critères de test.



Qu'est ce qu'un bon logiciel?

C'est avant tout un logiciel qui réponde aux besoins d'une structure en la pénalisant le moins possible. Et les besoins ne sont pas les même que vous soyez une petite ou une grosse structure, que vous soyez un praticien à l'ancienne (ce n'est pas péjoratif) qui n'a besoin que de la comptabilité et de la télétransmission ou un psychopathe du rendement (a sortir des listing du temps passé par acte tous les jours)...

Tous les logiciels comparés ici remplissent allègrement leur tache, c'est à dire une gestion informatique courante d'un cabinet d'orthodontie quasiment de A à Z. Il n'y a pas de mauvais logiciel, simplement des logiciels différents.

Et ce de part leur conception, ils ont été programmé tous les trois dans un langage informatique différent (delphi pour Orthalis, windev pour Ortholeader...). Cela en fait des logiciels avec des différences fondamentales dans le graphisme, le fonctionnement, la souplesse d'utilisation, et la philosophie de développement.

 

[pagebreak: Tarifs et options] 

 

Commençons par les tarifs

C'est ce qu'un commercial présente en dernier et c'est ce qu'un acheteur regarde en premier.

Ai je les moyens de m'offrir un logiciel?

Et la c'est un peu la jungle tarifaire: il y a le prix de base sans réduction puis il faut y ajouter le prix de certains modules qui ne sont pas toujours dans le forfait de base (gestion de la salle d'attente, céphalométrie, céphalométrie avancée, imagerie avancée etc...).

Pour résoudre cette jungle:
- il existe un bundle, c'est à dire la vente d'un pack de modules les plus nécessaires chez Orthokis. Le logiciel est rarement vendu sans ce bundle, donc le tableau ci dessous inclus la version avec bundle.
- tout est compris dans le prix d'achat chez Ortholeader,
- tout le nécessaire est compris dans le prix chez Orthalis mais les modules plus avancés en fonctionnalités sont payants (céphalométrie avancée, gestion imagerie multimédia avancée).

 

Tarifs

 

N'oublions pas les tarifs des formations obligatoires ou facultatives, et enfin les couts d'entretien (mise à jour des logiciels), quasiment obligatoires.
Ajoutez à cela le cout du transfert (des dossiers et informations) si vous changez de logiciel. Outre l'investissement en matériel, voici donc un comparatif de l'investissement minimum obligatoire pour les logiciels, c'est à dire hors éventuelles réductions commerciales, et sans les modules payants décrits plus bas.


Que comporte la version de base

Dans un monde ou le client regarde toujours le tarif en premier, les sociétés avaient tendance à réaliser des logiciels allégés (sans toutes les fonctionnalités) pour attirer ce dernier. S'il est frustrant de s'acheter un logiciel bridé, il est tout aussi gênant de payer pour des fonctions que l'on n'utilisera pas. D'où l'importance de définir réellement ses besoins avant l'achat. Maintenant la tendance est à fournir un logiciel relativement complet pour les nouveaux cabinets qui sont passés au tout informatique.

 

 versions

 

L'entrée en matière

Voici, après vous être identifié ce que vous verrez sur votre écran:

 

Orthalis:

 

 

Orthokis (Arakis):

 

 

 

Ortholeader (Pages cliniques):

 

 

 

[pagebreak: Le module agenda]

 

Le module Agenda

Sans conteste le module clé de voute des logiciels. Le saut de la prise de rendez vous papier à l'agenda numérique va beaucoup conditionner le coté ergonomique du logiciel. Beaucoup sont réticents à ce passage de par leur long exercice sans, prétextant une perte de temps, mais la réelle perte de temps c'est de ne pas l'utiliser. A bien y regarder, pour rentrer une centaine de patients sur un agenda papier il faut écrire petit, mais pour gérer plusieurs praticiens et plusieurs fauteuils , trouver du temps libre en fonction du type de RDV selon l'emploi du temps de chaque praticien relève du casse tête. Ne parlons pas du coup de gomme pour l'annulation d'un RDV qui va aussi annuler celui du dessus et celui du dessous...

Le fait d'avoir à l'écran l'emploi du temps de la journée permet d'ouvrir le dossier de chaque patient de la journée, sans avoir à rechercher son nom, et déjà on gagne du temps...



Orthokis: Un module agenda très tableur

Un aspect graphique très spartiate du type tableur Excel, qui va avec l'efficacité de ce dernier. Le déplacement des RDV peut se faire par couper/coller (à éviter le copier/coller qui fait des RDV doublons) c'est assez aisé, avec une fenêtre de paramétrage des RDV (Un popup: petite fenêtre de propriétés) complète. Par contre on ne peut pas voir la journée en vue d'ensemble: on voit toute la semaine mais que la demi journée, et il faut descendre dans la page pour voir la suite de la journée.


Très facile à réaliser la prise de nouveau rendez vous, un clic droit dans l'emploi du temps et une fiche sommaire sur le nouveau patient se crée.

 




Ortholeader: un agenda carré

De prime abord on se croirait dans Tetris (jeu vidéo ou l'on empile des cubes) à cause d'une multitude de petits carrés de couleurs. Et seule la personne formée y comprendra quelque chose.



En vue d'ensemble on ne voit pas les rendez vous de chaque patient, mais la disponibilité de chaque tranches horaires (paramétrable: 5mn, 10mn...). On peut ainsi savoir si la période en question est libre, remplie, ou surchargée. En cliquant sur le carré désiré (donc la tranche horaire) on peut alors poser un rendez vous. Une petite subtilité appréciable pour trouver rapidement une tranche de libre, le bouton "dés que possible".
Un bouton nouveau RDV toujours accessible permet d'ouvrir une fiche pour aller la poser dans l'agenda.

Orthalis: Vous avez dit Outlook?

Beaucoup de similitudes entre l'agenda d'Outlook et celui d'Orthalis. Ce dernier étant quand même plus fouillé. Et l'aspect est ma foi assez agréable à l'oeil. De petits onglets colorés sur le planning représentent les RDV.



[pagebreak:Le module comptabilité]

Le module Comptabilité

Le nerf de la guerre, l'efficacité de ce dernier permet de passer moins de temps à courir après les règlements, ne pas en oublier, et surtout moins de temps à la fermeture pour savoir ce qui doit partir à la banque ou non.


Orthokis: évolution de C.A.


Tous les modules se valent avec quelques petites options pouvant faciliter la vie sur certains logiciels. La différence ne se fait pas sur ce point

Orthalis: graphique d'activité


Pour juger des différences précises entre les logiciels il aurait fallu un expert comptable et je doute que cela oriente le choix du logiciel. Ils sont tous capables d'exporter la comptabilité sur les logiciels de nos comptables, que demander de plus. Des beaux graphiques? Pour afficher dans la salle d'attente...

[pagebreak:Gestion de la salle d'attente]

La gestion de la Salle d'attente

La nécessité de cet outil est dépendant de la structure, et va de paire avec l'agenda électronique. Il est bien évident que si l'on remplit un agenda papier on ne va pas aller réécrire les patients de la journée pour utiliser le module. Cependant ce module est à mon sens incontournable pour une bonne ergonomie du cabinet. Surtout si l'on gère jusqu'à 150 patients/jour. Evidemment pour un simple exercice non exclusif avec peu de patients, cela est discutable.

Un petit aperçu des avantages: pas besoin de faire des recherches de patients pour la journée ils sont tous accessible depuis la salle d'attente. L'édition de l'emploi du temps de la journée en couleur est aussi un précieux aide mémoire pour les pièces non informatisées. On peut savoir qui est en salle d'attente sans être sur place, évaluer son retard (on évalue rarement son avance...), ou bien la ponctualité du patient (de beaux graphiques montrent le pourcentage de RDV en retard, de RDV à l'heure, de RDV manqués). Vos retards peuvent aussi s'afficher en rouge pour que d'un coup d'œil vos craintes soient confirmées: non seulement je suis à la bourre, mais en plus, ils sont tous venus!

Peu d'inconvénients, sauf la présence d'une personne obligatoire pour enregistrer l'arrivée des patients (pour les exercices en solitaire sans assistante, passez votre chemin). Pour palier à cet inconvénient, la présence pour les trois logiciels d'une possibilité de poste avec écran tactile en salle d'attente ou le patient s'enregistre seul dés son arrivée. Cette méthode va à mon sens à l'encontre de la relation patient - praticien nécessaire pour éviter les conflits, mais il parait que certains l'utilisent.

Surtout lorsqu'on considère que le patient vient dans une unité de soins et non faire la queue à la C.A.F. De plus le patient peut aussi se tromper à l'enregistrement voire oublier de s'enregistrer...

Orthokis: une fenêtre à enregistrer

Toutes modifications de la base de donnée du logiciel nécessite un enregistrement. Donc une fois le patient arrivé vous devez le mettre en "salle d'attente" grâce à un menu déroulant puis l'enregistrer. Ensuite les autres postes se mettront à jour suite au rafraichissement automatique qui s'effectue toutes les minutes par défaut. On peut régler ce rafraichissement pour qu'il soit plus fréquent.



La présentation se fait sur une page entière avec tous les rendez vous à l'écran, et où une petite fenêtre (un clic sur le dossier) dans la grande fenêtre vous signale brièvement l'état des finances, soins et RDV avant même d'avoir ouvert le dossier (double clic)

Les avantages d'une nécessité d'enregistrer (donc de confirmer) toute action est que l'on peut difficilement se tromper dans la procédure d'enregistrement d'un patient. On peut paramétrer plusieurs statuts pour les patients: "en retard", "absent", "absence excusée", "au fauteuil" etc...
Par contre si vous changez le statut d'un patient et que le rafraichissement se fait avant que vous enregistriez il faut recommencer la manipulation.

Si vous avez configuré plusieurs statuts pour le patients, vous serez obligés de scroller (faire descendre avec une petite flèche sur le coté ou avec la molette de la souris) pour trouver les derniers statuts de l'ordre alphabétique (ex: salle d'attente) car le menu déroulant est trop court. Une petite perte de temps donc, mais au bout d'une journée, c'est fatigant

Impossible sur le petit post it résumant les patients déjà en salle d'attente d'accéder aux dossiers ou de modifier le statut du patient. Il faut pour cela être sur la page principale de la salle d'attente.

Ortholeader: une fenêtre omniprésente

Dans la partie praticien du logiciel un petit onglet toujours accessible vous permet de changer sur un quart de votre écran entre la recherche de patients et la salle d'attente.



Sur celle ci ne s'affiche que les patients présents effectivement dans la salle d'attente. Un double clic sur le patient vous ouvre son dossier et le sort de la salle d'attente. Donc attention dans l'ouverture de dossier si l'on est pas en train de mettre le patient au fauteuil, cela peut perturber un peu la salle d'attente. L'avantage de n'avoir pas besoin de confirmer est la rapidité et l'inconvénient est l'erreur humaine dans la précipitation.

La vitesse de mise à jour de la salle d'attente sur tout les postes est "instantanée", néanmoins j'ai pu constater par le passé une différence de quelques secondes dans l'actualisation de deux postes proches.

Orthalis: la même philosophie mais pas le même fonctionnement

Chez Orthalis aussi (comme Ortholeader), vous avez une omniprésence dans la page de synthèse de la salle d'attente. Un clic sur le patient et le résumé de ses fiches est ouvert sur la même page. Deux clics et la vous rentrez dans le dossier du patient. Pour le valider dans la salle d'attente il vous faudra cliquer une fois sur son nom, une fois sur son état (absent, arrivé...) et une fois sur sa localisation (salle d'attente, secrétariat...).



[pagebreak:Gestion de l'imagerie]

L'imagerie ou gestion des documents visuels (photos, radios, tracés....)

C'est ici que beaucoup de différence se fait entre les fondus de la macro (trois photos minimum par séance) et les praticiens qui ne prennent que les clichés obligatoires (voire même ceux qui n'en prennent jamais et il y en a...).

Module d'imagerie Orthokis




La photographie est un formidable outil de communication pour expliquer, remotiver, constater, et évaluer. Encore faut-il que celles ci soient facilement accessibles, pour pouvoir présenter au patient au cours d'un rendez vous les améliorations de son état (dans la plupart des cas). Deux photos (avant, après) suffisent mieux qu'un long discours et les deux minutes perdues à faire ces photos sont rattrapées lorsque les explications à faire sont simplifiées. Encore faut il faire de belles photos mais ceci sera l'objet d'un autre article.

La différence entre les logiciels se fait à la capture des photos. Celle ci peut se faire manuellement ou sous forme de script, avec ou sans propriétés.


Capturer ses photos


1/ Les propriétés:

Ortholeader: acquisition de la photo et définition de l'image par glisser déposer en fonction de l'endroit ou vous déposez la photo (profil, en début de traitement etc...)

Orthokis pour sa part fait l'acquisition case par case: cette photo ira dans la case 1, la 2ème sélectionnée dans la case 2 etc.... La définition des cases doit se faire en amont: dans notre exemple la case 1 sera définie comme la case du sourire. Avantage: on définit les cadres au départ puis après on ne s'en occupe plus. Inconvénient: moins de libertés dans l'ordre d'acquisition des photos. Si un jour vous voulez mettre une photo de profil dans la série de photo et si la case n'a pas été définie auparavant vous aurez moins de facilité à la retrouver et elle ne sera pas définie comme telle.
Pour Ortholeader c'est le contraire, il faut définir à chaque fois la photos (donc perte de temps) que l'on insère mais la navigation est ensuite plus aisée.

Orthalis a plusieurs modes de reconnaissance. La reconnaissance manuelle ou l'on met des attributs (que l'on peut personnaliser) manuellement à la photos (latérale, radio, étape 1 etc...)après acquisition. La reconnaissance par script décrite plus bas, ou bien la reconnaissance automatique. Selon la densité de couleurs dans votre photo, le logiciel pourra automatiquement détecter une intrabuccale d'un profil.

2/ Les scripts:

Pour pallier à ces lourdeurs d'acquisition vous pouvez scripter l'acquisition.

Exemple pour les photos de début de traitement: vous définissez un script appelé "départ" disant que la première photo de l'acquisition sera un sourire, la deuxième un profil etc... (pour Orthalis et Ortholeader) ou pour Orthokis la première photo ira dans la case 1 (que vous avez auparavant définie comme la case sourire) etc...

Ortholeader et Orthalis possède la chrono datation. Si vous ne faites l'import de toutes vos photos qu'en fin de journée et que vous n'êtes pas adepte du petit carnet où l'on note ses prises de vue, il suffit de cliquer sur une icône quand on commence la séance photo d'un patient et, selon le planning, les photos seront réattribuées correctement au patient à l'import.


Retrouver ses photos


C'est ici que l'on voit l'importance de l'acquisition. On peut accéder au module imagerie par une icône ou en cliquant sur la photo d'identité du dossier.

Ortholeader: cliquez sur l'icône ou la photo et vous arrivez dans le module imagerie. La, vous choisissez l'étape du traitement (Intermédiaire 1...) et le type d'image recherchée (panoramique, sourire...). L'accès est quasi instantané avec affichage des miniatures des premiers clichés effectués pour un accès rapide.

Orthalis: un clic sur une icône et vous êtes dans Kitview ou les photos sont affichées sous formes de miniatures et vous filtrer les photos à voir selon les attributs définis au début. L'affichage des photos est étonnamment rapide, ce qui s'explique par le fait que les miniatures sont stockées directement sur la base de donnée (donc un accès plus rapide)

Orthokis: cliquez sur la photo et vous arrivez dans une présentation sommaire des 15 premières cases. Pour accéder au module complet d'imagerie il faut cliquer sur l'icône correspondante. Et la l'accès est relativement long, avec un temps de chargement des miniatures frôlant les 30 secondes ou vous sont présentées les 50 premières photos. Ce long temps de chargement est du au fait que les miniatures à afficher sont stockées dans le disque dur ce qui pénalise les temps d'affichage. Une fenêtre supplémentaire s'ouvre devant celle avec les photos,, qui est celle servant pour la navigation avec mots clefs. Les mots clefs doivent être définis en amont (la case 1 sera le sourire etc...) donc en cliquant sur le mot clef sourire ou plus généralement Intra buccale les photos en question s'affichent.

La configuration au départ, longue je l'avoue, doit être la plus précise possible. Il ne faut pas en changer après sous peine que vos photos prises précédemment n'aient plus les mêmes propriétés. Un grand manque de souplesse donc. De plus l'omniprésence de la fenêtre de mots clefs par dessus celle des miniatures est gênante. Et si vous avez le malheur de fermer cette dernière, tout se ferme. Et vous devez réouvrir l'imagerie et recharger les miniatures. Pour un accès rapide préférez l'affichage direct par le biais de la photo du dossier.



Présenter ses photos


Si les logiciels présentent un minimum de retouches (rotation, recadrage, luminosité...) sans sortir du logiciel, ils n'envisagent pas la présentation de cas sous le même angle.

Orthokis: Avec l'aide des macros (langage inséré dans un programme extérieur rappelant les données du programme initial) en gros vous pouvez automatiser l'export des photos capturé sous Orthokis vers powerpoint. Donc vous créez une présentation standard avec comme exemple en page 2 le sigle "patient_sourire" et lorsque vous choisissez le nom de votre patient la photo de son sourire viendra toute seule en page.

On peut se dire que ça ne sert qu'aux cecsmistes pour leurs présentations de cas, les profs ainsi que les congressistes, qu'on ne va pas présenter tout ses patients etc... Et bien détrompez vous, ces présentations powerpoint automatisées permettent de communiquer avec les correspondants.

Pour ma part, au lieu de communiquer avec le praticien qui m'a adressé le patient par une lettre avec au mieux 4 ou 5 photos, je crée une présentation que je met en consultation restreinte sur mon site. Il est tout à fait possible de l'envoyer par mail aussi. La mise en ligne de dossier pour les correspondants ou pour les patients peut se faire aussi automatiquement par le biais d'un module "portail" chez Orthalis qui attribue à chaque patient et consultant un password pour consulter ses RDV, ses photos etc... Prix de l'option: 1750€

Orthalis ou la puissance de Kitview. Pour les amateurs de multimédias et d'images, acheter Orthalis sans Kitview, c'est comme manger des huitres sans vin blanc, c'est dommage. L'avantage de faire un logiciel à part (et complètement interfacé dans le logiciel principal) est de pouvoir travailler sur un véritable projet de présentation: vidéos, diaporama, présentations Invisalign, recadrage précis par règles pour morphing (dans le logiciel de céphalo), mais aussi la très classique gestion des macros sous powerpoint. On appréciera la possibilité du glisser déposer des photos directement dans les présentations ou les courriers, sans reprendre à chaque fois les macros des courriers types. Exemple: si pour un courrier je n'ai pas envie de mettre la photo IB de face comme prévu dans le courrier type, il me suffit de déposer une autre image directement depuis le logiciel.
Un logiciel donc, où on peut volontiers perdre une journée, mais pour un beau résultat, à condition de savoir s'en servir.
Le prix de ce module complémentaire, que l'on peut acheter indépendamment: 850€ pour 1 poste (monopraticien).



Ortholeader quant à lui ne gère pas ces exports de présentation. Vous pouvez toutefois dans powerpoint faire un glisser déposer de vos photos. Il propose par ailleurs la création de mosaïques d'images automatisées, c'est à dire l'affichage d'une page avec les photos de traitement mises en page.



C'est utile pour une présentation rapide des évolutions au patient, cela évite d'ouvrir plusieurs images et de les redimensionner et de les mettre en parallèle sur l'écran. Dans une technique comme Invisalign cela vous permet l'export direct d'une mosaïque de photos, pour le traitement, par internet, sans avoir à les envoyer une par une.


[pagebreak:La céphalométrie]


La Céphalométrie


Un des intérêts de l'informatique est de ne plus avoir à se trainer les calques, la régle rapporteur etc... Faire ses tracés informatiques est incontestablement un gain de temps à condition que l'on garde son objectivité initiale. Parce que devant la pléthore de mesures offertes pour un même tracé on peut se perdre en conjectures. Bref, les logiciels proposent des analyses standards et des analyses personnalisées avec le diagnostic automatique prédéfini, bref du travail maché.


L'idéal pour profiter de ce gain de temps est que vous ayez déjà les images sous forme numérisée, par exemple si vous avez la téléradiographie numérique au cabinet. Sinon il vous faudra scanner ou photographier la radio puis la ranger dans le logiciel avant de pouvoir l'exploiter, ce qui diminue considérablement le gain de temps.

Très utile pour effectuer des superpositions et des prévisions de traitement, vous pourrez incorporer une photo sur une radio sans passer par Photoshop, ce qui n'est pas indispensable. Mais cela est parlant pour les patients lors du bilan, pour leur causer des rapports entre la position des dents, des lèvres et leur profil.


Ortholeader: le logiciel de tracé est intégré à la base, et l'on s'y rend par une icône sur la page principale. 12 analyses de profil différentes sont proposées d'emblées. Si vous voulez créer une analyse personnalisée il faut de demander au service technique qui vous la créera sans supplément. La prise en main est facile: une céphalo témoin dans le coin supérieur toujours visible vous montre où sont les points à placer.



Pour les amoureux de la précision au niveau du tracé du profil, le système de points préétablis montre quelques faiblesses pour le contour des lèvres un peu proéminentes, souci qui est normalement corrigé dans la version 9.


Orthokis: le logiciel de tracé est un logiciel tiers dénommé Odrade. Vous devez ouvrir le logiciel de tracé et celui ci ira récupérer les informations dans la base de données du logiciel de gestion. Vous devez alors créer un dossier de tracé pour le patient, importer ses photos. 20 analyses (face, profil) sont fournies au départ ainsi qu'un outil pour créer votre propre analyse. Un peu compliqué au départ il se révèle puissant avec un peu d'aide de la hot line. Vous aviez la flemme de mettre un peu de Delaire dans votre analyse? Il suffit de rajouter le pack de point correspondants (dont certains sont communs avec ceux que vous utilisez déjà) et votre analyse est plus étoffée. Une voix vous guide en vous dictant les points a positionner. Une sorte de "tomtom" (GPS) de la céphalo. Les points vous sont signalés sur une radio standard.



Ses inconvénients sont ses avantages. Le fait d'être un logiciel indépendant permet aux structures ne désirant que la céphalo d'acheter le logiciel sans acheter Orthokis. Mais son indépendance fait qu'il est nécessaire de faire des manipulations de récupérations de fichiers supplémentaires (importer les photos depuis Orthokis) ce qui est facile à faire mais se révèle être une perte de temps. Depuis la dernière version, il est possible de retrouver brièvement ses résultats d'analyses sans forcément les exporter (depuis Odrade) dans Orthokis. Mais si vous voulez que les données de vos angles soient inscrites dans vos pages cliniques, il faut payer un module de transfert contenu dans le bundle


Sur ces deux derniers logiciels au niveau de la céphalo on retrouve quelques bugs n'affectant pas le calcul des angles et donc le résultat final, mais que l'on retrouve lors du tracé ou du diagnostic automatique.

Orthalis:

Je ne me suis pas amusé à faire des analyses, donc je ne connais pas les détails, ni les éventuels bugs. Il faut savoir qu'il existe une céphalométrie standard incluse dans le logiciel et une solution payante. La solution payante qui permet le morphing, la VTO, etc.. 16 analyses sont incluses de base et vous pouvez créer de Asion à Zorion vos propres analyses. Le module payant coute 800€ pour un poste en monopraticien. Les points céphalométriques vous sont signalés sur un schéma et sur une radio standard.



[pagebreak:Design et graphisme]

L'aspect graphique



Un logiciel va vous accompagner pendant vos journées de travail c'est à dire pendant une grande parti de votre existence. L'aspect graphique est important car un logiciel graphiquement rebutant ne donnera pas envie d'être utilisé à fond par le praticien.





Orthokis: un aspect global un peu cartoon, partiellement personnalisable (couleurs des menus, images de fond) ce qui donne une interactivité appréciable. La résolution d'affichage peut être modifiée pour voir le logiciel en gros plan ou plus en retrait. L'aspect est propre au départ puis devient de plus en plus chargé si vous ne fermez pas les fenêtres que vous ouvrez.

A l'ouverture c'est comme si vous entriez dans une librairie, les principales fonctions sont sur le présentoir et chaque fois que vous ouvrez une fiche patient, c'est comme si vous preniez une revue, puis si vous souhaitez voir les photos, c'est comme si vous sortiez le supplément à l'intérieur de la revue. Le problème est que si vous ne rangez pas vos revues après utilisation c'est rapidement le foutoir et au bout d'une journée de fiche ouverte le logiciel rame, voire plante.

Conséquence, vous devez fermer tout ce que vous ouvrez, sous peine d'être vite encombré, et la on perd son temps à cliquer ouvrir, redimensionner éventuellement, fermer.

C'est un usage multifenètre. Dans la dernière version on peut choisir une fenêtre pour un patient ce qui diminue partiellement l'encombrement.

Ortholeader: peu de customisation chez Ortholeader et donc peu de choses sont paramétrables. Seul une partie des raccourcis claviers sont paramétrables. L'affichage est en 1024 par 768 et n'est pas modifiable. L'aspect est fouilli de prime abord.

Pour reprendre la comparaison c'est comme si vous entriez dans une bibliothèque pour la première fois. Devant la pléthore d'informations et de boutons disponibles sur la première page vous êtes perdu. Une formation est nécessaire pour savoir où est rangé quoi. Une fois que vous connaissez l'environnement tout est à porté de main sur la première page, avec omniprésent le module de recherche des patients. Le principe est une page pour un patient. L'ouverture d'une page ferme la précédente. Par contre, il est possible de garder 6 fenêtres ouvertes en même temps, pour pouvoir revenir dessus.
C'est un gain de temps à ponctuer cependant par le choix de départ. A l'ouverture du logiciel vous choisissez si vous êtes en clinique (praticien) ou en secrétariat. Si de la version clinique du dossier vous voulez passer en version secrétariat (règlements, compta...) vous devrez rouvrir la fiche en question et donc on a la une perte de temps. Toutefois la plupart de ces fonctions sont pilotables depuis la page clinique.

D'autre part, chose appréciable, un module de présentation de mécaniques orthodontiques, est en construction (un peu à la manière du clincheck d'invisalign), pour expliquer au patient l'effet des TIM (tractions inter maxillaires), le but d'une chirurgie.

Orthalis: tout est paramétrable, des raccourcis clavier (essayez, ça fait gagner beaucoup de temps) à l'affichage des fenêtres dans la fiche de synthèse (un peu comme le bureau personnalisable google. Moi qui aime bien ouvrir la fenêtre d'options pour tout mettre à mon gout, j'ai pu changer beaucoup d'options voir même appliquer des skins, c'est à dire des habillages du logiciel préétablis (un peu comme un thème de windows).
D'ailleurs l'aspect global est très programme de windows avec la souplesse des options mais un certain design imposé.

[pagebreak:Informations et supports]

Renseignements complémentaires


Orthokis (version 14), et Ortholeader (version 8) sont issus de sociétés dont l'age est sensiblement le même (25 ans) et comptent quasiment le même nombre de clients (400). Orthalis (version 5), société plus jeune (vente publique du logiciel depuis 2001) compte à peu prés le même nombre de clients.

Le nombre de mise à jour majeure est le même chez les trois à savoir 2 par an.

Les trois logiciels recommandent un serveur dédié (un ordinateur ou rien ne tourne sauf le logiciel) à partir de 4 ou 5 postes équipés.

Seul Orthalis est multilingue, et seul Orthokis a été développé pour Linux (en version 11) puis abandonné. Donc vous êtes contraints d'acheter les licences Windows correspondants aux nombres de machines.

Au niveau commercial vous pouvez acheter en L.O.A. (location avec option d'achat) vos logiciel ou bien les louer purement et simplement comme le propose Ortholeader.

Les sites web

Lors de l'étude j'ai pu voir le site web d'Arakis changer, une nouvelle version un peu plus lisse a été faite. Mais dans l'ancienne version, la dernière actualisation des news du site dataient de 2006, à savoir donc un site peu entretenu. Pour Ortholeader l'aspect graphique à 5 ans de retard sur les standards actuels, de plus il est accompagné d'une musique insipide avec des données peu mises à jour. Je ne sais pas si je dois aussi parler du site d'Orthalis qui devait être fini courant été 2007...

Donc pour eux la vrai vitrine c'est la taille des stands lors des congrès. A noter que les trois sociétés ne fréquentent pas ou peu les salons dentaires mais seulement ceux spécialisés orthodontie.

Or la nouvelle génération se renseigne surtout sur la toile et sur les forums, tandis que l'ancienne se renseigne en plus des salons, aussi sur internet (je me garderai bien de définir un age pour séparer les 2 générations!).




Site d'Orthokis



Site d'Orthalis



Site d'Ortholeader

[pagebreak:Conclusion]

Conclusion



Globalement, se dégage de cette étude le sentiment suivant:

Ortholeader est un logiciel efficace, conçu pour un usage sur de grosses structures où chaque poste est de préférence dédié à une activité (secrétariat, clinique...), et s'adapte à un usage informatique poussé. La prise en main n'est pas facile, et explique la nécessité de formation obligatoire. Sans conteste le logiciel ou l'on a le moins besoin de cliquer.

Orthokis est un logiciel à la prise en main aisée qui s'adapte bien aux structures où les postes doivent être polyvalents, pour une gestion courante du cabinet. Assurément le logiciel le plus convivial.

Orthalis est un logiciel avec énormément de capacités de configuration, d'évolutions et d'adaptations. Un temps de prise en main modeste (avec la démo) pour une utilisation efficace, c'est le logiciel le plus avancée dans la gestion de l'imagerie et des multimédias (avec la version payante de Kitview).

Quels qu'ils soient et depuis plusieurs versions subsistent toujours des bugs, et le logiciel parfait n'existe pas encore. Vous aurez toujours des machines à redémarrer a cause du logiciel, de ses nouveautés, et de son interaction avec l'environnement windows (d'autant plus avec Windows Vista). Cependant selon vos besoins et votre exercice, vous choisirez un logiciel différent. L'aspect graphique n'est pas la première chose qui préoccupe les développeurs, c'est l'efficacité et c'est heureux.

Mais dans un métier ou l'esthétique prime, le choix du praticien se fait beaucoup à l'aspect. Comme pour l'ipod, qui n'est pas le meilleur lecteur MP3 mais le plus beau et le plus vendu.

Et si dans la communication il est important de montrer des choses, au patient à l'écran, il serait souhaitable que l'esthétique globale des logiciels soit améliorée.

Il est à mon avis indispensable de faire une formation en même temps que l'acquisition du logiciel. Même si vous n'utiliserez jamais toutes les fonctions de ceux ci, la formation vous aidera à identifier et prendre en main les services dont vous avez besoin.

Cette étude n'est pas exempte d'erreur, car pas scientifique pour un sou, et ne prétend donc pas être une référence. Le but n'est pas de porter tort à une société, mais seulement de guider un achat crucial pour un cabinet moderne.

Je remercie les trois représentants des logiciels qui ont joué le jeu et se sont déplacés pour me permettre de réaliser ce petit comparatif.

Cette étude sera réactualisée si j'en ai le temps.
Partager Twitter Partagez cette article sur GG+

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Anonyme Posté le: 08/11/2007 16:28  
bravo et merci pour ce travail très instructif.....
ça a du te prendre un temps dingue!
pulpite Posté le: 08/11/2007 16:30  
bravo et merci pour ce travail très instructif.....
ça a du te prendre un temps dingue!
flaggada Posté le: 13/11/2007 22:01  
Oui, à peu prés 3 mois.
Et ça n'est pas fini...